Impact de la covid-19 sur les comportements addictifs pendant et après le confinement

En quoi les comportements addictifs ont-ils augmenté pendant et après le confinement ? Pour y répondre, un billet d'expert par le Dr. Philippe Arvers, Médecin addictologue.

Après une campagne sanitaire de recommandation des « gestes barrières » hygiéniques et de distanciation physique, la décision d'un confinement au niveau national a été annoncée au soir du lundi 16 mars 2020 par le président de la République, Emmanuel Macron, lors d'une adresse à la nation. L'interdiction de déplacement en France, le « confinement de la population », est une mesure sanitaire qui a été mise en place le lendemain, le 17 mars 2020, et qui nous a tous marqués au niveau individuel et collectif. Ce confinement brutal a généré du stress, a imposé du télétravail, a entraîné du chômage (1,1 million de chômeurs supplémentaires en deux mois). Mais cela a eu des conséquences sur le plan sanitaire, en France et à travers le monde, avec de nombreux malades dont l’état a nécessité une hospitalisation, un engorgement des services d’urgence et de nombreux décès (29 752 à la date du 26 juin 2020). L’interdiction de sortir de chez soi à plus de 1 Km, les mesures de distanciation physique ont créé un climat anxiogène, et imposé à de nombreuses familles de vivre en vase clos, avec des enfants plein de vie et privés de liberté. Tous les ingrédients pour créer, aggraver des situations où l’agressivité, la violence étaient latentes : en France, une augmentation de 30 % de la violence conjugale a pu être constatée en avril 2020 (déclaration de Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargé de l'Égalité, le 29 mars 2020).

Comportements addictifs pendant le confinement

Alcool

La fermeture des bars et restaurants a entraîné la constitution de stocks d’alcool (vin, bière, alcools forts) qui seront difficiles à écouler.

En effet, force est de constater que malgré des ventes spectaculaires entre le vendredi 13 et le mardi 17 mars 2020, les ventes d’alcool ont été en recul de 16.1 % (en valeur) lors des 12 jours qui ont suivi la mise en place du confinement, alors même qu’ils affichaient une croissance de 12.4 % les 12 jours précédents. Les français ont privilégié l’achat de produits de première nécessité autres que l’alcool.

De plus, plus de 10 millions de litres de bières, majoritairement en fûts, ont été détruits précisent les Brasseurs de France : les bières en vogue, souvent non pasteurisées au contraire des bières blondes classiques, sont plus fragiles. C'est pourquoi elles ne peuvent pas être conservées plusieurs mois.

L’industrie viticole a voulu participer à la fabrication de gel hydro-alcoolique, en cédant d’importantes quantités d’alcool éthylique, comme le groupe Pernod-Ricard : 70 000 litres d’alcool pur.

GAE Conseil (cabinet spécialiste de la prévention des conduites addictives en milieux professionnels) a donné le 22 avril 2020 les résultats d’un sondage exclusif ODOXA. « Le succès des « apéro-visio » relayé dans les médias laissait classiquement à penser que la consommation d’alcool allait exploser durant cette période de confinement. Résultat, si en pourcentage la proportion parait faible, le nombre de français ayant augmenté leur consommation d’alcool, est très inquiétant puisqu’ils sont 5,5 millions à boire davantage depuis le début du confinement. »

Pourtant, selon une enquête de Santé publique France dévoilée mercredi 13 mai 2020, seuls 11 % des Français déclarent que leur consommation d’alcool a augmenté avec le confinement.

Deux tiers des personnes interrogées (65 %) estiment avoir une consommation stable et 24 % qu’elle a même diminué. Parmi les individus ayant bu plus d’alcool depuis le 17 mars 2020, la moitié (51 %) ont augmenté la fréquence de consommation, un sur dix le nombre de verres bus les jours de consommation.

Tabac

Sur le front du tabac, le confinement n’est pas non plus sans conséquence puisque 27 % des fumeurs ont augmenté leur consommation (sondage GAE Conseil-Odoxa).

Ce même chiffre (augmentation de 27 %) est retrouvé par Santé Publique France ; pour 55 % des fumeurs, la consommation est stable et pour 19 % d’entre eux, elle a diminué. La hausse moyenne du nombre de cigarettes fumées par les fumeurs quotidiens (94 % des fumeurs interrogés) est de 5 cigarettes par jour. L'augmentation de la consommation de tabac est plus fréquemment mentionnée par les 25-34 ans (41 %), les actifs travaillant à domicile (37 %).

Cannabis

On a observé des difficultés d’approvisionnement en cannabis et cocaïne, les frontières étant fermées. La livraison à domicile, la prise de rendez-vous, la vente physique et les réseaux sociaux, le deal s’est accommodé du confinement pour maintenir le business.

35 % des usagers quotidiens ont accru leur consommation et seulement 7 % des consommateurs quotidiens ont arrêté de consommer du cannabis pendant le confinement (étude Cannavid, à partir de 4 000 questionnaires complétés en mars-avril 2020). L’arrêt de consommation s’explique par une probable rupture d'approvisionnement.

Médicaments

S’ils sont licites (sur prescription), les somnifères, anxiolytiques et antidépresseurs peuvent provoquer des addictions. Et là encore, en période de confinement, les Français ont tendance à augmenter les doses, puisqu’ils sont 22 % dans ce cas (sondage GAE Conseil-Odoxa).

Cela peut aussi s’expliquer par l’impossibilité de se procurer du cannabis en cette période de confinement, et d’avoir recours aux benzodiazépines pour gérer le manque.

Addictions comportementales

L’offre de jeux en ligne perdure et les buralistes ont continué à vendre des tickets à gratter de la Française des Jeux.

Rapidement après le début du confinement, la Fédération Addiction avait constaté, via son réseau de membres, un transfert de joueurs en dur (paris sportifs, hippiques…) vers les sites de jeux en ligne (poker notamment) ajoutant ainsi à la dimension addictive des jeux, celle des écrans et de leur disponibilité. Elle avait également noté une tendance à la hausse des appels de personnes en difficulté avec les jeux. Cette hausse semblait également concerner le numéro d’appel de Joueur info service.

Dans un communiqué de presse du 14 avril 2020, l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne (ARJEL- future Autorité Nationale des Jeux) a confirmé ce report important des joueurs vers les sites de poker. Elle attire également l’attention sur le risque de report vers une offre illégale de jeux en ligne ne répondant pas aux obligations de régulation prévues par la Loi et publie des recommandations à destination des joueurs afin de les aider à garder la maitrise de leur pratique du jeu.

Comportements addictifs après le confinement

Le 11 mai 2020, les mesures de déconfinement ont permis la réouverture des bars et restaurants (en terrasse uniquement, en zone rouge).

Il est vrai que tout le monde a ressenti le besoin de se retrouver, pour fêter le déconfinement, cette privation de liberté individuelle et collective : autour d’un verre, d’une table, en famille et/ou entre ami.e.s. On a pu ainsi constater à plusieurs reprises le non-respect des gestes barrières par un groupe à moindre risque (de mortalité lié au coronavirus) : les jeunes adultes.

Les ventes de tabac ont fortement augmenté en Andorre entre le premier jour du déconfinement et la date officielle de réouverture de la frontière avec la France : les ventes de produits de tabac ont augmenté de près de 50 % dans la principauté. Pour les fumeurs, acheter son tabac en Andorre, c'est l'assurance de faire de grosses économies. Le prix moyen d'un paquet de vingt cigarettes est de 9,70 € en France contre 3,75 € dans la principauté (source : La Dépêche, 11 juin 2020).

Les Français se sont également précipités à la frontière espagnole pour acheter de l’alcool et du tabac.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site et pour suivre l'audience. Vous pouvez en savoir plus sur les cookies de ce site et choisir de les activer ou de les désactiver.