Le magazine trimestriel de la MUCS - Janvier 2018

Dossier spécial : en finir avec le mal de tête.

Le mal de tête, tout le monde connaît ou presque : en France, près d’une personne sur deux déclare même en souffrir régulièrement. Ces céphalées sont le plus souvent ponctuelles et sans gravité. D’ailleurs, peu de gens consultent pour ce motif. Si la douleur se répète ou se révèle difficilement supportable, il ne faut pourtant pas hésiter à en parler à son médecin. Lui exposer les caractéristiques de ces épisodes, leur intensité et leur durée ou encore les événements qui les précèdent, permettra au praticien de poser le bon diagnostic et de trouver un traitement efficace

Selon une enquête publiée par santé publique France, si les adolescents vont plutôt bien, un sur quatre avoue souffrir de troubles psychosomatiques récurrents : maux de dos ou de ventre, ner vosité, voire déprime pour 17 % d’entre eux. Dans une société qui peut sembler violente, individualiste et pessimiste, comment accompagner ces jeunes ? Pour le docteur Marion Robin, psychiatre à l’Institut mutualiste Montsouris (IMM), les parents ne doivent pas rester seuls. C’est en effet l’ensemble des liens tissés autour de l’ado, par une famille élargie, mais aussi par les enseignants, les médecins ou les associations, qui va l’aider à entrer dans le monde des adultes et à y trouver sa place. Comme le dit un proverbe africain, il faut tout un village pour élever un enfant.

A Paris et dans d’autres grandes villes comme Lille, Nantes ou Marseille, le réseau solidaire le carillon invite les commerçants à offrir aux sans-abri de petits services : la possibilité d’accéder à des toilettes, de recharger un téléphone ou de réchauffer un plat au micro-ondes, de prendre un café ou de se faire couper les cheveux… Au- delà de la réponse à des besoins essentiels, l’initiative vise à mettre en relation les SDF, que la crainte du rejet rend souvent méfiants, et les autres citoyens, dont beaucoup sont désireux d’aider sans savoir comment s’y prendre. L’engagement proposé par Le Carillon est simple, ancré dans le quotidien, et son mot d’ordre est clair : dans la lutte contre la solitude et l’exclusion, c’est « chacun pour tous »

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation.