Hypertension : les Français pas assez dépistés

Près d’un Français sur trois souffre d’hypertension artérielle (HTA), mais parmi eux un sur deux ne le sait pas. Cette pathologie chronique très fréquente est pourtant facilement détectable et se soigne bien.

Un tiers des adultes est atteint d’hypertension artérielle (HTA), selon les données de l’étude nationale Esteban menée entre 2014 et 2016 auprès de 2 169 personnes âgées de 18 à 74 ans, publiée le mardi 24 avril par Santé publique France dans son Bulletin épidémiologique hebdomadaire. Le problème, c’est que la moitié d’entre eux l’ignore. L’agence sanitaire s’inquiète aussi du fait que la prévalence de cette maladie – « plus élevée chez les hommes que chez les femmes (36,5 % contre 25,2 %) » – n’ait absolument pas diminué en France depuis 2006, alors qu’elle a baissé dans la plupart des autres pays. Or, cette affection « constitue un facteur de risque majeur de pathologies cardio-neuro-vasculaires », soulignent les auteurs du BEH.

Les femmes moins bien suivies que les hommes

L’enquête Esteban a montré que, « parmi les personnes traitées, seulement 55 % avaient une PA (pression artérielle, NDLR) contrôlée (44,9 % chez les hommes et 66,5 % chez les femmes) ». Par ailleurs, « depuis 2006, si la prévalence, le niveau de connaissance et le contrôle de cette pathologie sont restés stables, la proportion de femmes traitées a diminué de manière importante. » [...] « Aucune amélioration du dépistage et de la prise en charge de l’HTA n’a pu être mise en évidence. Chez les femmes, la prise en charge thérapeutique s’est même dégradée depuis une dizaine d’années. »

Dépister et prévenir

« Dans ce contexte, il est primordial de poursuivre les efforts de prévention en matière d’activité physique et de nutrition, principaux déterminants de l’HTA, et d’identifier les causes de la diminution de la proportion de femmes hypertendues traitées afin de pouvoir améliorer, de manière significative, la prise en charge de cette pathologie », expliquent les auteurs. Cette pathologie chronique, qui correspond à une pression sanguine trop élevée, a pour conséquence un vieillissement prématuré des artères, dont la paroi se rigidifie et peut se rompre en raison de la surpression. Or comme elle ne provoque généralement pas de symptômes, un contrôle annuel de la pression sanguine chez le médecin généraliste est indispensable pour la dépister. Il y a hypertension quand la pression artérielle systolique (lorsque le cœur se contracte) est supérieure ou égale à 140, ou quand la pression artérielle diastolique (la valeur la plus basse mesurée après le relâchement du cœur) est supérieure ou égale à 90.

Réduire les facteurs de risque

Si l’apparition de l’HTA peut être favorisée par l’hérédité, l’âge (sa prévalence augmente en vieillissant), le stress lié au travail, certaines maladies (diabète, cholestérol), des dérèglements hormonaux, mais aussi certains traitements médicamenteux, d’autres facteurs de risque comme le tabagisme, la sédentarité, une alimentation déséquilibrée ou encore une consommation excessive de sel peuvent être plus facilement contrôlés.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation.