DÉNUTRITION : LES SIGNES QUI DOIVENT ALERTER

14/12/2002

La présence de signes n’est pas forcément révélatrice d’une dénutrition systématique, mais elle doit susciter l’attention de chacun et le médecin traitant doit en être informé afin qu’il puisse définir la surveillance médicale adaptée.

La Haute Autorité de Santé (HAS) estime en mars 2020 « à 2 millions le nombre de personnes souffrant de dénutrition en France, parmi lesquelles les personnes âgées, à domicile, en institution et à l’hôpital, sont nombreuses ».

Qu’est-ce que la dénutrition ? 

« La dénutrition fait l’objet depuis de nombreuses années de tentatives de définition » note l’HAS. La définition communément admise est celle d’un organisme en état de déséquilibre nutritionnel. Ce déséquilibre est caractérisé par un bilan énergétique (calories) et/ou protéiques faible.

Plusieurs situations peuvent conduire à la dénutrition :

  • Des apports en calories et/ou en protéines insuffisants
  • Une augmentation des dépenses et des pertes en calories et/ou en protéines
  • L’association des deux : une baisse d’apports nutritionnels couplée à une augmentation des dépenses et des pertes en calories et protéines

Qui sont les personnes à risque ? 

Aucun âge n’est épargné, de l’enfant à la personne âgée.

Ne vous fiez pas aux apparences : on peut être en surpoids ou obèse et être dénutri. Une perte de poids involontaire même chez une personne obèse doit alerter l’entourage. La fonte musculaire doit alerter quant au risque de dénutrition.

Les personnes à risque sont le plus souvent :

  1. Les personnes âgées
  2. Les personnes isolées
  3. Les personnes en difficultés financières : de ce fait elles réduisent les achats alimentaires
  4. Les personnes « en deuil »
  5. Les personnes « fragiles »
  6. Les personnes dont les traitements modifient la perception du goût/des saveurs ou qui induisent d’importants troubles digestifs (fortes diarrhées ou constipation)
  7. Les personnes atteintes de certaines pathologies : pathologie aiguë, pathologie chronique évolutive, pathologie maligne évolutive
  8. Les personnes alcooliques.

Les signes qui doivent alerter l’entourage 

  • Chez l’enfant de moins de 18 ans : stagnation du poids sur une période définie
  • Vomissements répétés (volontaires ou involontaires)
  • Restriction alimentaire volontaire ou involontaire
  • La perte d’appétit ; si la personne consomme moins de 70 % de ses apports habituels. Sur une échelle de 1 à 10, demandez quelle quantité de repas est consommée ; si le chiffre est inférieur à 7, les apports alimentaires sont insuffisants !
  • Diminution/perte/modification du goût et/ou de l’odorat : la nourriture et les boissons n’ont pas ou peu de goût, voir un mauvais goût ; le ressenti de « mauvaises odeurs » peut écœurer et empêcher de manger
  • Baisse de la consommation d’aliments riches en protéines comme la viande, le poisson, les œufs, les produits laitiers, légumes secs, etc.
  • Des aliments jetés à chaque repas car non consommés
  • Le frigo qui ne se vide pas : les aliments ne sont pas consommés
  • Les poubelles pleines de nourriture non consommée
  • Peu d’achats alimentaire ; que mange la personne si elle ne fait pas ou peu de courses alimentaires ?
  • Des vêtements qui deviennent trop grands (même sans se peser c’est un signe de perte de poids)
  • La perte de poids
  • Un IMC trop bas : Inférieur à la courbe IOTF 18,5 (courbe d’IMC) chez l’enfant de moins de 18 ans Inférieur à 18,5 chez l’adulte (de 18 à moins de 70 ans) Inférieur à 21 chez la personne de 70 ans et plus
  • Visage amaigri
  • Diminution du muscle au niveau des bras et des cuisses (la peau est alors « moins tendue » du fait de la fonte musculaire)
  • Moins de force dans les bras et les jambes ; par exemple plus de peine pour porter, pour se lever, pour marcher, pour s’appuyer sur les bras
  • Dentition en mauvais état qui empêche de manger convenablement, de bien mâcher les aliments ; la dentition peut être douloureuse au moment de manger
  • Une constipation chronique qui empêche la personne de manger
  • Une diarrhée chronique qui empêche l’organisme d’utiliser tous les bienfaits de l’alimentation.

Attention !Il est difficile d’évaluer la perte de poids si la personne présente des œdèmes ou ascites ; cela représente « du poids d’eau » qui peut cacher la réelle perte de poids lorsque la personne est pesée.

Un bilan sanguin pour évaluer la sévérité de la dénutrition 

Le médecin traitant ou le spécialiste peut prescrire un bilan sanguin ; le dosage de l’albuminémie (l’albumine étant une des principales protéines du sang) est un critère de sévérité de la dénutrition si inférieure à 35 g/L.

Si la personne ne mange plus rien depuis un certain temps, le médecin ou le spécialise peut demander le dosage du phosphore afin de limiter le risque de syndrome de renutrition inapproprié (SRI). En cas de SRI ; ce sont les médecins, spécialistes qui mettent en place la renutrition.

Conseils pratiques en cas de dénutrition ou de risque de dénutrition 

  • Se peser ou peser la personne concernée une fois par semaine, toujours sur la même balance et de préférence le matin en sous vêtement (si possible)
  • Augmenter progressivement les apports alimentaires (volume, qualité)
  • Veiller à améliorer et enrichir l’alimentation
  • Dans un premier temps, veiller à ne pas trop se dépenser physiquement pour limiter la perte de calories
  • Proposer des aliments « plaisirs » le plus souvent possible, voir à chaque repas
  • Adapter la texture du repas et la faire évoluer au fur et à mesure que la personne retrouve des forces
  • Si la personne n’est plus autonome pour les repas, organiser des aides pour : faire les courses, préparer les repas. Si besoin, faire appel à un service de repas livrés à domicile, de manière temporaire ou à plus long terme.

 

Satisfaits ! Ils nous recommandent

Une mutuelle qui répond à vos questions dans la journée, c'est estimable, la mutuelle des scop.
logo

Samuel POULINGUE

Présentez-vous en quelques mots… Samuel POULINGUE, je suis cofondateur et cogérant de la SCOP depuis 2012. La SCOP Le Messageur a pour vocation d'améliorer, voire révolutionner la communication pour les sourds et malentendants oralisant. L'équipe a développé une expertise unique dans ce domaine, ce...

photo

Fatima BALLAREDJ

C’est tout naturellement que nous avons choisi la mutuelle créée par les Scop, c’est une preuve de confiance totale en nos adhérents qui sont les premiers garants pour répondre aux attentes et aux besoins des salariés et leur famille.

logo

COOPANAME

Le nouveau contrat permet d’avoir des garanties santé supérieures au contrat précédent pour des prix équivalents

Vous souhaitez adhérer à une vraie mutuelle et bénéficier de conseils et de garanties personnalisées !

Besoin de plus d'infos ou d'un devis sur mesure ?

01 42 36 92 06Contactez nous !