170 ans d'histoire au service de votre santé

En 170 années d'existence, la M.U.C.S. a traversé de graves épidémies (le choléra en 1849, la varicelle en 1870, la grippe espagnole en 1919), plusieurs révolutions, trois guerres et leurs séquelles, deux occupations étrangères.

Elle a accompagné l'évolution de la société et la mise en place du système de protection sociale dont on peut dire qu'elle fait pleinement partie, principalement dans le domaine de la couverture maladie.

Des employés de commerces se réunissaient chez Monsieur Antoine Joseph GENEVAY, alors secrétaire du Duc Decazes, Grand Référendaire à la Chambre des Pairs, et qui avait pris l'initiative de ce mouvement, pour demander au Gouvernement du Roi Louis-Philippe 1er l'autorisation de fonder une Société de Secours Mutuel dite Société Philanthropique.

La demande ayant été accueillie favorablement, l'acte social créant « L'UNION DU COMMERCE » fut signé le 5 mai 1847, par 35 signataires au Palais du Luxembourg, où était domicilié Antoine J GENEVAY. Le but en était qu'en échange d'une cotisation mensuelle de 2 francs, la société philanthropique fournissait gratuitement aux adhérents les soins médicaux et pharmaceutiques.

En 1847, pour une cotisation mensuelle de 2 francs, la société philanthropique fournissait gratuitement aux adhérents les soins médicaux et pharmaceutiques.

Création du service des Maisons de Santé. Le nombre d'adhérents est de 320 et le capital social de 2.787 Francs.

Création d'une Allocation (journalière) versée aux adhérents soignés à leur domicile et création d'un Bureau de Placement. L'effectif atteint 1.426 adhérents.

Une Concession de 5 ans est accordée pour tous les sociétaires décédés qui sont inhumés aux frais de la société.

Création d'un Service Médical Homéopathique.

Création d'une Pension de Secours de 360 Francs pour aider les sociétaires les plus âgés.

Organisation au siège social - 17 boulevard de Sébastopol - de Cours d'hygiène, de tissage, de comptabilité, d'anglais, d'allemand et de mathématiques. L'effectif de la société atteint 8573 membres.
Création d'une Maison de convalescence à Romainville (transférée à Saint-Mandé en 1882). 

Léon GAMBETTA, Président de la Chambre des Députés, préside l'Assemblée Générale annuelle de la société.

Création de la Caisse des Retraites Obligatoires (transformée par la suite en Caisse d'allocations annuelles renouvelables). L'effectif de la société est de 12.756 membres et le capital social de 510.297 francs.

La société dispose alors de 9 Maisons de Santé et d'une Maison de Convalescence, une bibliothèque au siège social. Le service médical est assuré par 51 médecins (Paris et Banlieue), 102 pharmaciens et 3 bandagistes. Tous ces services sont gratuits pour les adhérents.

La Société « L'Union du Commerce » est reconnue comme Établissement d'Utilité Publique (décret Présidentiel en date du 28 janvier 1891).

Création de Secours après Décès pour aider la veuve du sociétaire décédé. L'effectif est de 17.050 membres. 
Félix FAURE,
Président de la République honore l'Assemblée Générale de sa présence.

Création d'une «Caisse d'allocation au décès». L'effectif est de 24.707 membres et le capital social atteint 1.162.370 francs.

Création de la « Caisse des Retraites Facultatives » permettant aux adhérents de se constituer une retraite supplémentaire. Georges CLEMENCEAU, Président du Conseil, préside l'Assemblée générale.

Création du « Perpétualat » ayant pour but d'accorder aux sociétaires ayant 55 ans d'âge et 30 ans de présence dans la société, l'exonération totale ou partielle du paiement de leurs cotisations.

A l'Exposition Internationale de Paris, la société est mise « hors concours » après avoir obtenu précédemment les plus hautes récompenses (Médailles d'Or et Grands Prix) aux Expositions Internationales Françaises et Étrangères. La société fait l'acquisition d'un immeuble, 12, quai de la Mégisserie - Paris, où elle installe ses services.

Création d'un Cabinet Médical au siège social (muni de tout l'équipement moderne).

La société crée une « Caisse Primaire d'Assurances Sociales » pour ses adhérents.

La société reçoit par legs en nue-propriété les immeubles du 7/9 rue de la Tour d'Auvergne dans le 9ème arrondissement de Paris.

Les fonds de réserves de la société s'élèvent à 5.522.938 francs. En outre, elle possède deux immeubles : 12, quai de la Mégisserie et 9, rue de la Tour d'Auvergne à Paris.

Au fur et à mesure des circonstances, « L'Union du Commerce » sait ensuite évoluer et, qu'ils soient assurés ou non assurés, tous ses adhérents bénéficient d'avantages substantiels. 

Au lieu d'une cotisation unique, comme autrefois, il en existe maintenant toute une gamme de 15 à 200 francs par mois, laissant à l'adhérent le libre choix du médecin et s'adaptant à chacun.

En 1997 nait la MUTUELLE UNION du COMMERCE & des SCOP : MUCS.

Yves Forestier, Président de la Mutuelle MUCS, transmet la présidence à Jacques Landriot.

La MUCS organise son premier événement d’information sur l’univers mutualiste avec un café social au Procope.

Le patrimoine de la mutuelle, legs des générations précédentes, la proximité de son personnel avec les adhérents et leur implication dans son fonctionnement, le renouvellement et la participation active des instances élues, permettent à la MUCS d'envisager sereinement sa pérennité et son développement pour les années à venir... Un précieux atout dans la période actuelle où le nombre de mutuelles se réduit fortement.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation.