fatima Bellaredj

Administratrice

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Cela fait 25 ans que je gravite dans le mouvement des SCOP. J’ai commencé toute jeune, dans un bureau d’étude en coopérative où on m’a proposé très vite de m’associer, puis de prendre la gérance. J’avais 27 ans. J’ai relevé le défi. Cinq ans plus tard, j’ai intégré l’équipe de l’URSCOP en tant que salariée. J’y suis restée 10 ans. J’ai lancé le premier incubateur d’innovation sociale du mouvement. Puis j’ai pris la direction de l’URSCOP pendant 5 ans et de ce fait, je suis devenue membre de la coordination réseau, qui rassemble les directions des différentes URSCOP. Depuis fin 2018, je suis déléguée générale de la CGSCOP, où mon expérience de territoire est un grand atout.

Vous êtes administratrice de la Mutuelle des SCOP et des SCIC depuis 2020. Quelles sont les raisons pour lesquelles vous êtes engagée ?

La Mutuelle des SCOP et des SCIC et l’Union sociale sont des outils que le mouvement des SCOP a mis en place pour répondre aux besoins de ses adhérents. Ils sont à mon sens très peu mis en valeur. Comme j’aime le développement, avant de devenir administratrice, j’avais déjà commencé à réfléchir avec Jacques Landriot et Flavie Giannoccaro à comment mieux communiquer auprès de nos adhérents pour leur faire connaître ces outils. Quand un poste d’administratrice de la Mutuelle s’est libéré et que Flavie et Jacques me l’ont proposé, j’ai répondu favorablement avec beaucoup de plaisir.

Comment selon vous la Mutuelle répond-elle aux enjeux de protection sociale des coopératives ?

Nos enjeux sont ceux de toutes les mutuelles car chacun a besoin d’avoir une complémentaire santé solide, et plus encore dans les temps de pandémie que nous traversons actuellement. S’il arrive quoi que ce soit à nos adhérents, nous assurons une protection à 100 % avec un reste à charge le plus minime possible.

Avec la Covid, la Mutuelle a montré qu’elle était capable de repérer certains besoins émergents et de prendre en charge des soins qui ne le sont pas systématiquement comme les consultations psychologiques. En ce sens, nous sommes une petite mutuelle qui arrive à faire aussi bien que les grandes. Nous avons également mis en place un système de ristourne des cotisations, ce que quasiment aucune mutuelle n’a fait. Cela correspond à l’esprit d’équité et de justice que nous prônons.

Par ailleurs, si l’on regarde nos tarifs et nos remboursements de manière globale, nous sommes ultra compétitifs.

Quels sont pour vous les prochains défis que la Mutuelle va devoir relever ?

Pour avoir un modèle économique qui tienne la route, nous devons nous rapprocher d’autres mutuelles. En cela, nous sommes bien au rendez-vous puisque nous nous sommes déjà rapprochés de mutuelles de santé qui font partie de l’ESS et notamment du groupe VYV. En faisant ce choix, nous éviterons de nous retrouver associé malgré nous à des mutuelles qui ne font pas partie de l’ESS.

Autre grand enjeu : la communication, qui est le nerf de la guerre. Il ne s’agit pas de dépenser des sommes folles, ça n’aurait pas de sens, mais de réfléchir à une communication autrement, avec les moyens de l’ESS, pour continuer à faire connaître la Mutuelle. Notre objectif aujourd’hui, c’est d’atteindre 20 000 personnes protégées, ce qui nous permettra de partir sur de nouveaux projets.

Quel message souhaiteriez-vous faire passer auprès des adhérents ou futurs adhérents de la Mutuelle des SCOP et des SCIC ? 

Plus on grandira et plus on sera fort. Faites savoir auprès de potentiels adhérents que notre mutuelle est une bonne mutuelle, qui répond de manière solide aux enjeux de protection sociale. N’hésitez pas à nous interpeler : nous sommes à l’écoute des besoins spécifiques de chaque adhérent.

Vous souhaitez adhérer à une vraie mutuelle et bénéficier de conseils et de garanties personnalisées !

Besoin de plus d'infos ou d'un devis sur mesure ?

01 42 36 92 06Contactez nous !