Des neurones en vacances...

Deux expertes en sophrologie, Christine Ramonnet et Stéphanie Renaudin, présentent des astuces pour reposer notre cerveau de manière efficiente et sans stress, pendant les vacances. On va y arriver !

Bien que fort attendues, les vacances ne répondent pas forcément à l'idée que l'on s'en fait, surtout les premiers jours...

Les dossiers, au même titre que les valises, sont bouclés, du moins pour quelques semaines et la concentration se porte maintenant sur l'organisation du séjour, enfin presque...

En réalité, quitter le quotidien si bien organisé et planifié tout au long de l'année, entre les impératifs du travail et les obligations de la vie familiale et sociale, réclame un temps d'adaptation, voire un réel effort pour se déconnecter vraiment.

Normal, notre cerveau s'habitue pendant des mois à gérer agendas, appels téléphoniques, urgences, planification de réunions et, courses, rendez-vous, devoirs, loisirs (la liste est longue !)... bref, notre cortex préfrontal, cette partie du cerveau qui focalise notre attention sur les tâches en cours, se retrouve brutalement désinvesti, comme tenu de fonctionner au ralenti !

Nous passons d'une vie très active caractérisée par une succession de "à faire", "à programmer", "à ne pas oublier"... à une simplification parfois déroutante du style : plage ou plage.

D'où parfois cette impression de vide, de manquement qui se fait sentir au début des vacances. En somme, relâcher la pression n'est pas si simple.

Eh oui, car notre cerveau ne sait pas s'arrêter.

Aussi, dans la mesure où aucune tâche précise ne réclame concentration et atteinte d'objectifs, il a la fâcheuse tendance à s'aiguiller sur le réseau neuronal dit "par défaut", réseau qui dans bien des cas, au lieu de se traduire par un sentiment de détente et d'apaisement, se distingue par un vagabondage cérébral, qui risque de glisser vers le spleen... Attention donc de ne pas tomber dans les ruminations néfastes à la sérénité des vacances...

Alors pour ne pas éprouver ce sentiment inconfortable, mobilisez votre cerveau avec des activités mentales doucement stimulantes, des loisirs créatifs. Vous n'avez jamais tenté les sudoku, c'est le moment ! Ou bien les classiques mots croisés, fléchés ; et pourquoi pas un album de coloriage qui va stimuler l'attention sans provoquer de fatigue cognitive. Bien sûr si vous préférez vous initiez à la cuisine japonaise ou tenter un cours de tai-chi chuan, n'hésitez pas.

Toutefois, une règle à respecter : effectuez une seule chose à la fois et sans vous imposer une obligation de résultat ni de performance.

Et surtout, si l'occasion de pratiquer la sophrologie se présente, n'hésitez pas !

Bonnes vacances !

Auteurs :

Ce contenu a été réalisé par Christine Ramonnet et Stéphanie Renaudin, sophrologues, expertes Mutualité Française et par l’Equipe Offre Prévention de la Mutualité Française.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation.